Sommet Vladimir Poutine-Joe Biden : « Il y a un intérêt mutuel à coopérer »

La rencontre à Genève entre Joe Biden et Vladimir Poutine a été, mercredi, « constructive » selon le président russe, « positive » selon son homologue américain. Les présidents des États-Unis et de la Russie se sont notamment entendus pour le retour de leurs ambassadeurs respectifs.

Le président américain Joe Biden a proposé, mercredi 16 juin, à son homologue russe Vladimir Poutine des relations plus « prévisibles » entre États-Unis et Russie, estimant que « deux grandes puissances » devaient gérer leurs désaccords de façon « rationnelle ».

Les deux dirigeants se sont brièvement serré la main avant d’entamer leur premier sommet à Genève dans une belle bâtisse du XVIIIe siècle, au bord du Lac Léman. Les discussions ont duré moins de quatre heures, alors que des conseillers du locataire de la Maison Blanche s’attendaient à des échanges beaucoup plus longs.

>> À lire : Joe Biden, un habitué des formules cinglantes envers la Russie

L’annonce de la tenue de deux conférences de presse distinctes à l’issue de ce sommet a d’ailleurs témoigné de la raideur des relations entre les deux hommes. Une issue qui contraste avec la conférence de presse commune qui avait suivi la rencontre entre le président russe et l’ancien président américain Donald Trump en 2018 à Helsinki, en Finlande.

Vladimir Poutine a néanmoins jugé que sa rencontre avec Joe Biden avait été « constructive ». « Il n’y avait aucune animosité », a-t-il dit lors d’une conférence de presse, ajoutant que « sur beaucoup de questions nos évaluations divergent, mais les deux parties ont démontré un désir de se comprendre l’un l’autre et de chercher les moyens de rapprocher les positions ».

Le président russe a aussi déclaré que la Russie et les États-Unis partageaient la responsabilité de la stabilité nucléaire et que des discussions seraient organisées sur de possibles modifications au traité START, récemment prolongé par Washington et Moscou.

Retour des ambassadeurs des deux pays

Les deux hommes se sont aussi entendus sur le retour de leurs ambassadeurs respectifs, rappelés plus tôt cette année pour des consultations, a affirmé Vladimir Poutine, ajoutant que la date précise de ce retour était « une question purement technique ».

Toutefois Vladimir Poutine n’a pas fait preuve d’une grande volonté de compromis sur un éventail de questions, écartant les préoccupations américaines sur l’arrestation de l’opposant russe Alexeï Navalny, sur la présence militaire accrue de la Russie près de la frontière avec l’Ukraine, ou encore les accusations de Washington selon lesquelles des pirates informatiques russes sont responsables d’une série de cyberattaques aux États-Unis.

À ce sujet, les deux pays vont entamer des consultations sur la cybersécurité, a indiqué Vladimir Poutine, ajoutant que la plupart des attaques informatiques visant la Russie émanaient des États-Unis.

Joe Biden s’est exprimé à la suite de Vladimir Poutine. Il a estimé que la tonalité du sommet avec Vladimir Poutine était « positive » et que les deux pays avaient « un intérêt mutuel à coopérer », tout en assurant avoir mis en garde le président russe contre toute interférence dans les élections américaines.

« J’ai clairement dit que nous ne tolérerions pas les tentatives de violation de notre souveraineté démocratique ou de déstabilisation de nos élections démocratiques, et que nous répondrions », a-t-il déclaré, tout en estimant que Vladimir Poutine « ne cherche pas une Guerre froide » avec les États-Unis.

« Comparaisons ridicules »

Joe Biden a dit avoir également expliqué à son homologue que « certaines infrastructures critiques devraient être intouchables, que cela soit par des moyens cybernétiques ou autres ». « Je lui ai donné une liste » de 16 entités spécifiques, « allant du secteur de l’énergie à nos systèmes de distribution d’eau », a-t-il précisé.

Sur la question des droits de l’Homme, le président américain a dénoncé « les comparaisons ridicules » de Vladimir Poutine, ce dernier établissant selon lui une fausse équivalence entre une attaque « de criminels » sur le Capitole à Washington, le 6 janvier, et les manifestations pacifiques de gens privés de leur liberté d’expression en Russie.

Les deux hommes étaient arrivés à quelques minutes d’intervalle, accueillis par le président suisse Guy Parmelin qui leur a souhaité bonne chance. Malgré cette poignée de main – un geste devenu rare en pleine pandémie de Covid-19 – les discussions s’annonçaient âpres et tendues.

Le 46e président américain avait adopté un ton résolument ferme ces derniers jours à l’égard de l’homme fort du Kremlin pour mieux marquer le contraste avec les atermoiements et les ambiguïtés de son prédécesseur républicain, Donald Trump.

SOURCE : Avec AFP et Reuters


Warning: Trying to access array offset on value of type bool in /home/clients/31b21db6b880f32503e1032c976ff33c/web/wp-content/plugins/chayall/chayall.php on line 23
×

Angel Détectives WhatsApp Chat

ANGEL DETECTIVES GENEVE

 

× Contactez votre détective !